You are here
Issa Kaïgama dans sa ferme agricole Productions végétales Soja 

La satisfaction des riverains

Les retombées de la culture de soja agrémentent la vie des populations. Nul n’hésiterait à s’y lancer, si c’était à refaire. Pauline Ouma, présidente de l’association des cultivatrices de soja, affirme avoir eu une maison grâce à ladite filière. En effet, précise-t-elle, «la culture du Soja me permet d’envoyer les enfants à l’école ». Ibrahim Lama, secrétaire général de la Coopérative des cultivateurs de soja, encore émotif, ajoute : « nous parvenons à résoudre nos problèmes sanitaires. Si vous faites un bon champ, vous pouvez réaliser même 20 millions de

Yaya Gambo en plein nettoyage de champ de soja Productions végétales Soja 

Plantations industrielles/exploitations familiales, cohabitation harmonieuse

Les ruraux produisent également un soja racheté en totalité par l’agropole hôte. Un modèle de cohabitation à dupliquer. Les plantations industrielles ne livrent pas une guerre contre les exploitations familiales. Tout au contraire, un régime de complémentarité s’est organisé. D’après Souleymanou Abba, la contribution des ruraux à l’alimentation de l’usine de Yato en matières premières est considérable. Selon ses explications : « L’année passée, nous produisions 18.000 tonnes avec les paysans. Cette année, nous comptons, grâce à l’augmentation de l’adhésion des cultivateurs de soja, produire 35.000 tonnes. En effet, nous

magasinier Yaya Gambo Productions végétales Soja 

Un besoin d’extension du magasin de stockage de Nganha

La construction en matériaux provisoires cède peu à peu à la pression des sacs de soja. La bâtisse en bois s’étale sur une longueur d’environ 80 mètres. La largeur la prolonge sur une trentaine de mètres. 100 kg, c’est le poids minimal de chaque sac. Ils sont étagés sur une vingtaine de mètres de hauteur. D’après Yaya Gambo, le magasinier en chef : l’édifice «est doté d’une capacité de 12.000 sacs. En ce moment, nous comptons 10.500 sacs de stockés. Ils seront évacués, par la suite, à Douala. Tout ce

Exploitations familiales de soja à N’ganha Productions végétales Soja 

Plus de 2.000 hectares de révolution verte

Les champs de soja se perdent à l’horizon. Un spectacle de rêve! Nganha donne à voir la beauté de la verdure. Les rayons de soleil achèvent leur course sur des feuilles de soja. La brillance solaire contre le feuillage produit une sorte de vert doré. Et la canicule s’en mêle. Son effet laisse jaillir une impression d’incandescence au-dessus des tiges. C’est comme si un foyer de feu transparent dominait la crête des plantes de ses flammes plutôt imaginaires. Mais elles donnent aux yeux de percevoir une idée de fumée translucide

Productions végétales Soja 

L’exploitation du soja s’intensife

L’huile raffnée s’est avérée précieuse. 73 cartons d’huile végétale ont disparu dans les sacs de marché. Ils contenaient les bouteilles d’un litre. Même à 1.600 francs l’unité. C’est un total de 730 bouteilles. Mêmes les petites bouteilles ont terminé leurs courses dans les ménages. Les petits formats de l’huile de soja faisaient près de 3.000 bouteilles. Selon Marie-Bernadette Ella, les produits « sont de bonne qualité, à l’instar de l’huile de soja « AYA ». Elle est rare sur le marché. En plus, elle coûte moins cher ici. Au lieu

Productions végétales Soja 

Un Soja à succès malgré la malédiction « Boko Haram »

Les assauts de la nébuleuse terroriste islamiste empêchent de démultiplier les résultats. 40% contribution à la réduction du déficit national. Il faut le faire. La filière soja a produit 7.000 tonnes en 2015. Certes, la filière essuie une baisse de production de 1.000 tonnes, comparée à 2014. Mais la quantité obtenue reste considérable dans un contexte de violence et de psychose « Boko Haram ». L’actualité malheureuse des attentats et des explosions à la chaîne des bombes humaines à mener à la démobilisation des agriculteurs dans la région de l’Extrême-Nord.Malgré